Section-Actifs

Vous voulez connâitre les courses, les voici!

  • Description des groupes et cotations
  • Courses section:  Les chefs de courses qui veulent préparer une course au local demanderont son ouverture sous local@cas-jaman.ch. A eux d’informer les membres intéressés à y participer.
  • Voir aussi les sorties Formation
  • Checklistes - infos pratiques

Oldenhorn, 3123m

Royale traversée alpine : Cabane des Diablerets - Oldenhorn - Arpelistock - Geltenhütte - Section

Samedi - Le Petit « Oldenhorn » pour certains ou la Grande « Becca d'Audon » pour d'autres !
L'équipe de 8 « Jamantistes » se retrouve à 8h15 au resto du Col du Pillon, 1546 m pour 3 jours d'aventure alpine avec en prime la découverte de notre nouvelle cabane !
9h : embarquement dans la première cabine pour atteindre le Scex Rouge à 2971 m, remplie de freeriders venus profiter des chutes de neige de la veille. Magnifique vue sur la vallée des Diablerets d'un côté et l'Oldenhorn de l'autre. Vu sous cet angle, il apparaît comme une dent posée sur une muraille rocheuse, plutôt invincible à ski !

De la station supérieure, nous rejoignons à ski le Col d'Audon, 2252 m. De là, l'Oldenhorn se fait plus invitant, offrant de belles pentes raides dont certaines assez exposées au-dessus des barres rocheuses. Nous mettons peaux et couteaux pour monter la face S-E, nécessitant de bonnes conversions. La neige, témoin de l'activité du vent sur cette face, est tantôt poudreuse et accumulée, tantôt soufflée et gelée. Parfois la caillasse est apparente. A 100 m du sommet, dépose des skis pour gravir la partie sommitale de 38°, piolet en main et crampons aux pieds, dans un mixte neige meuble-schiste.

Arrivés au sommet, 3035 m, marqué d'une belle croix, la vue à 360° est splendide. Pas une brique de vent ! L'occasion d'admirer les nombreux sommets, le domaine de Glacier 3000, la cabane des Diablerets et l'Arpelistock, notre objectif de demain !

La descente se fait par une légère variante de l'itinéraire de montée. Pique-nique au col, puis repeautage nécessaire sur le glacier du Tsanfleuron avant de « plonger » sur la cabane des Diablerets/Jaman 2845 m, via la nouvelle piste Red Run !

Thé et tarte aux pommes sont bien appréciés… Paul nous fait une visite très intéressante de la cabane et nous explique son fonctionnement actuel, les améliorations possibles pour faciliter le gardiennage et les transformations imaginées pour mieux accueillir les familles. Cette cabane est cosy et bien sympathique... On se régale avec une excellente fondue et on passe une belle soirée... Demain, départ de bonne heure pour atteindre la Geltenhütte, via l'Arpilestock, avant l'arrivée de la dégradation météo annoncée !

Dimanche - Arête de l'Arpille - Arpelistock - Geltenhütte
Lever à 5h, un délicieux petit déjeuner nous attend… A 6h pile, dans la nuit et le silence nocturne, frontale allumée, l'équipe entame la montée de la « Raide » Run, sous la face rocheuse de l'Oldenhorn. Les couteaux sont nécessaires pour vaincre la forte déclivité de 35°.

Au gré de l'ascension, le spectacle merveilleux des lumières matinales sur le glacier s'ouvre à nos yeux. On arrive juste à temps pour admirer le lever du soleil et le coucher des dameuses ! Nous descendons le glacier du Tsanfleuron (- 600 m). Chacun goûte au plaisir de laisser la plus belle trace dans les 20 cm de poudreuse.

Au Col du Sanetsch, 2252 m, on remet les peaux et les couteaux pour passer une série de croupes de l'arête de l'Arpille. Les effets du vent sont bien visibles : d'un côté neige soufflée et caillasse apparente, de l'autre une large corniche. Plus loin, on chausse les crampons par sécurité pour suivre le fil de l'arête dans une alternance de neige croûtée et de schiste gelé. Chacun se concentre : il faut bien poser ses pas pour éviter toute glissade. Au sortir de l'arête, on rechausse les skis pour attaquer les pentes neigeuses de l'Arpelistock qui se raidissent au fur et à mesure qu'on approche du plateau sommital. Encore quelques conversions en pente raide avant de déchausser (là, il ne s'agit pas de laisser partir un ski !). On termine l'ascension de la pente sommitale de 43° en portage, respectant les marches bien préparées par Paul. C'est impressionnant, c'est vraiment raide, bien plus que ça ne le laissait présager à distance !

Et voilà ! 6h après, on atteint le sommet, 3035m et sa belle croix 'moitié-moitié' : Valais d'un côté - Berne de l'autre. Quelle chance : grand soleil et aucun vent ! Pose-photo - plutôt coté Valais avec notre cher Oldenhorn en toile de fond. Splendide panorama à 360°sur les sommets environnants : Oldenhorn, massif des Diablerets, Geltenhorn, Spitzhorn, Wildhorn, Sérac, Mont Blanc, Eiger, Mönch et Jungfrau ... Paul nous révèle qu'en faisant l'Arpelistock par l'arête de l'Arpille, il réalise un rêve qu'il avait depuis 2 ans. Pour nous aussi, c'est aujourd'hui !

Quelques rafales de vent abrègent cette pause et nous invitent à entamer la descente sur la cabane Gelten via le Furggetäli. Une descente royale dans 20 cm de poudreuse non tracée sur 1000 m de dénivelé ! Chacun, tel un artiste, dessine sa ligne. Merveilleuse sensation dans cette poudreuse uniforme qui nous vole dans la figure et où l'on rebondit à chaque virage. Grandiose ! Au passage, nous avons la chance d'observer une quinzaine de chamois qui, à leur manière, s'amusent à freerider à partir des crêtes et dans les couloirs enneigés.

La Geltenhütte apparaît, juchée sur un petit promontoire au pied d'un cirque rocheux et d'une cascade gelée. Jolie cabane à 2002 m, moderne et confortable. Après une bonne hydratation, nous pratiquons l'usage du DVA. Annick O., prend les choses en main et propose quelques exercices de recherche… Paul complète ce moment de formation par ses conseils avisés. Le gardien nous a préparé un « Berner platte » arrosé d'une Syrah (la bande des filles a eu le dernier mot) et un strudel autrichien comme dessert. La soirée se poursuit au coin du poêle, avec un jeu de jass. Cette nuit, la doudoune est de mise pour supporter le froid glacial… Les bruyantes et violentes rafales de vent qui secouent la cabane toute la nuit ne favorisent pas un sommeil profond !

Lundi - Geltenhütte - Lauenen - Col du Pillon
Paul nous réveille à 7 heures pour un bon petit déjeuner. Départ à 8h… Pas le temps de traîner car il faut descendre avant que le temps ne se détériore trop et afin de prendre le car postal de 10h57. Dehors, vent à 40km avec quelques rafales. On descend dans la gorge de la rivière Gältebach avec quelques passages étroits à négocier sous les rochers et pentes avalancheuses qu'on traverse avec les précautions d'usage. Cette gorge est parsemée de nombreuses cascades de glace. En descendant par la rive droite, on arrive au pied d'une majestueuse cascade partiellement gelée. Malheureusement ça ne passe pas vraiment à ski... Dommage ! Rive gauche, la descente est plus agréable au milieu des mélèzes. Il pleut…, la neige devient assez lourde et collante.

Après le torrent, commence la descente raide et sinueuse dans la forêt, jusqu'au lac de Lauenen qu'on longe rive gauche en mode ski de fond sans les peaux. Il reste 4 km pour arriver au but. On marche de plus en plus vite, puis au pas de course qu'on atteint le village de Fang 1236 m. Fin d'une course acrobatique, athlétique et très humide dans un timing parfait : on arrive trempés, 2 minutes avant l'arrivée du car postal de 10h57 ! Départ pour le col du Pillon, via Gstaad. Au Col : neige et vent tempétueux. Les installations sont fermées, pas un chat… mais notre plus grand bonheur est de trouver le restaurant ouvert. Au chaud et au sec, on apprécie un « Rösti burger » arrosé d'un bon rouge pour célébrer cette superbe aventure en haute montagne.

En sortant du resto, la tempête s'est calmée, la neige poudreuse et le temps dégagé nous inviteraient à repartir à ski… Ce sera pour bientôt !

Merci à Paul Schoop, notre chef de course ainsi qu'à toute l'équipe pour les sympathiques moments partagés. Merci à Dame météo de nous avoir juste laissé passer notre chemin ! 

Véronique